Test de Just Cause 3 sur Xbox One

Par Publié le 19 Avril 2016 à 23:29. Dernière modification le 2 Mai 2016 à 09:41
Temps estimé pour la lecture de ce test : 8 min. 0 commentaire

Just Cause 3

Just Cause 3

Just Cause 3

Just Cause 3 est un jeu développé par le studio suédois Avalanche Studios, à l'origine de la série depuis 2006 et ayant travaillé également sur Mad Max sorti en septembre 2015.
Just Cause 3 est un jeu d'action dans un monde ouvert. Quand on parle aujourd'hui de monde ouvert, on pense plutôt aux jeux Witcher 3 ou GTA V, mais Just Cause 3 possède des arguments de gameplay ancrés dans son ADN, que les autres jeux n'ont pas : son vaste terrain de jeu.

Un terrain de jeu parfait pour l’exploration, la créativité et la destruction

Just Cause 3
Just Cause 3

L'histoire de Just Cause 3

12/20

Six ans après les événements du précédent volet, l'histoire  se déroule sous le soleil de Medici, une république méditerranéenne sous le joug du Général Di Ravello, un dictateur avec un appétit insatiable pour le pouvoir, surtout depuis qu'il a découvert le Bavarium, un minéral explosif et magnétique.

Vous incarnez Rico Rodriguez, déterminé à libérer sa patrie et le peuple de Medici par tous les moyens.

Dès son arrivée dans sa ville natale, Rico Rodriguez est réuni avec son ami d'enfance Mario Frigo. Tous les deux sont bien déterminés à renverser Di Ravello et libérer leur patrie et le peuple de Médicis. Rico va alors utiliser tous les moyens nécessaires pour libérer l'emprise de cette dictature sur son pays qui l'a vu grandir.

Just Cause 3

Just Cause 3

Game System

15/20

Just Cause est un jeu qui ne se prend pas la tête et qui se repose sur trois concepts simples qui font la force de la série. 1 : Tout faire péter… et autant que faire se peut avec classe. 2 : La liberté de mouvement. 3 : L’humour caricatural.

Just Cause est typiquement le type de jeu qu'on va lancer juste pour le fun. D’ailleurs à l’heure où j’écris ces lignes je n’ai pas encore fini le jeu. J'essaye d’avancer dans le jeu mais je découvre sans cesse des éléments du décor que j'ai envie de faire sauter ou je me balade sur l’île toit en testant la physique du jeu surtout, sur mes malheureux ennemis.

S’attarder longuement sur le scénario et bien souligner que le point négatif du jeu tourne autour de l’histoire, ne serait pas approprié et cela voudrait dire qu’on passe à côté de ce qui fait la force de Just Cause. Même si on a l’impression que pour cet épisode, les développeurs se sont un peu plus impliqués dans l’histoire en construisant quelque chose autour de l’île, le scenario est une succession de missions plus ou moins justifiées, comme détruire un pont, libérer des otages, éliminer un personnage, etc. Que ce soit lors des missions annexes ou sur la trame principale du jeu, absolument tous les clichés des séries z sont représentés : les acteurs, les mises en scène, les dialogues… absolument tout, est un prétexte pour tout faire péter. Les missions sont parfois totalement absurdes et on se doute forcément que c’est pleinement assumé par les développeurs. On découvre les petites missions au fur et à mesure en parcourant les 1000km2 du jeu, alors que les libérations des villes font progresser la trame principale de l’histoire.

Parler de concept en évoquant Just Cause ne serait pas une erreur. Le jeu est avant tout un jeu d’expérimentation, de fun et de gros défouloirs laissant le joueur, tester tout un tas de trucs, qui se terminent le plus souvent par un gigantesque feu d’artifice à coup de C4 et de missiles. Mais attention, contrairement à ce que le jeu pourrait nous faire croire, tout n'est pas destructibles. Et il y a de nombreux éléments comme des arbres ou des bâtiments, qui ne bougeront pas d'un poil malgré votre volonté insatiable de destruction.

Le jeu manque de subtilité et de stratégie. Oui et non. Rico est un mix entre Chuck Norris, Stallone, Schwarzenegger et Belmondo... c'est "l'homme d’action jusqu’au bout des ongles". C’est un baroudeur qui ne met pas les petits plats dans les grands… mais Rico aime avant tout, les balades, les explosions réalisées avec style et classe, laissant l'infiltration et la discrétion aux autres.

Just Cause 3
Just Cause 3

Gameplay fluide et finalement addictif

Côté gameplay, puisque finalement, c’est ce qui nous intéresse dans un jeu vidéo, j’ai eu la chance de jouer au jeu à sa juste valeur, c'est-à-dire après quelques patchs correcteurs et si on accepte d’enchaîner les missions, le jeu est aujourd'hui agréable à jouer.

L'introduction du jeu sert de tutoriel. Vous voilà immédiatement dans l’aventure et après une initiation au saut en parachute, vous escaladez une falaise avec le grappin pour éliminer quelques militaires et vous enchaînez une course-poursuite sur les bais de l’île. Pour enfin, porter main-forte aux révolutionnaires… le tout en moins de 10 minutes.

Just Cause 3 est bourrin et c'est c’est exactement, la raison pour laquelle les joueurs allument leur console pour jouer au jeu.

Dans Just Cause 3, Rico peut s'amuser avec deux nouveaux jouets : le wingsuit, qui change pas mal le gameplay par rapport au précédent volet. Tout comme Mario raton laveur, Rico peut maintenant planer... cela donne de nouvelles perspectives de déplacement et d'attaque en fonçant à toute vitesse sur les soldats de Di Ravello. Le double filin rétractable fait son apparition et permet de tout accrocher comme un militaire à un baril d'essence, ou à un avion en direction des cieux.

Vous allez le voir, Rico est assez résistant aux balles et aux chutes et le jeu n’est franchement pas très difficile, laissant le joueur prendre du plaisir en testant plein de trucs sympas avec la physique du jeu et avec les bâtiments à faire péter. 
En fait les rares fois où on meurt… le plus terrible, c'est les minutes interminables de chargement. Le retour au jeu est parfois long à se demander si la console n’a pas planté… ça m’a fait penser au temps de chargement qu'il y avait sur mon Amiga dans les années 90.

De nombreux véhicules sont disponibles pour les trajets sur terre de Rico, comme les motos, les voitures ou les tracteurs, mais la conduite est fastidieuse et bien loin de la conduite nerveuse de Mad Max. La conduite en hélicoptère est bien plus pratique mais finalement, le moyen le plus simple et le plus rapide pour se déplacer sur la terre, c’est le combo wingsuit, parachute et son grappin. Des accessoires que Rico dispose très vite dans le jeu mais qu’on peut faire évoluer grâce à des points gagnés sur des courses et des défis.

"Localiser le Rebelle immédiatement. Ne le laisser pas s’échapper"

Aidé par Dimah et Alissia, la voix de la radio de la libération, on enchaîne frénétiquement les missions répétitives mais le véritable gameplay du jeu (bien comprendre là où on prend réellement du plaisir et ce pour quoi on insère la galette du jeu dans sa console), c'est le vaste espace de liberté pour s'amuser. Comment peut-on renverser le dictateur ? On s'en contre fiche un peu, car notre terrain de jeu est bien sur l’île. Au moment où j’écris ce test, je n'ai pas fini le jeu. En fait je suis constamment distrait en jouant, en voulant tester des trucs ou tenter d’escalader des montagnes pour admirer la vue puis plonger dans l'eau turquoise ou scruter un point loin dans l’horizon et tenter d’y accéder le plus rapidement possible. Plus qu’un jeu c’est une gigantesque aire de jeu. Une expérience à part entière, où on s’amuse dans le jeu en s'inventant soit même, des trucs à faire.

Pas de multijoueur dans le jeu, mais nos scores sont continuellement comparés avec les autres joueurs de la communauté. Les classements nous affiches nos points par exemple lorsqu'on parcourt une longue distance avec le grappin ou lorsqu'on enchaîne une série de kills.

Graphiquement, les paysages méditerranéens avec ses bords de mer et son relief en dents de scie sont très plaisants comme on peut le voir dans la région d'Insula Fonte. Les décors sont assez variés. On commence la partie sur le littoral d’Insula Dracon avec ses routes sinueuses jonchées de longs cocotiers, ses plages aux sables fins, et on poursuit l’aventure dans les montagnes enneigées et dangereuses dans la région d’Insula Striate. La grande profondeur de champ mise à disposition permet de ressentir pleinement l'open world. Tout ce qu’on peut voir de près ou de loin est techniquement accessible.
Au niveau des cinématiques, elles ont été travaillées séparément du moteur graphique du jeu.

Just Cause 3
Just Cause 3

Conclusion

15/20

Le jeu possède un scénario mais ce prétexte à enchaîner les missions n’a aucune importance. En fait, Just Cause 3 est un bac à sable avec un monde ouvert varié et un  scénario en bonus. C'est assez réussi et plaisant à jouer si vous vous occupez tout seul.

Bande annonce de Just Cause 3

La rédaction vous recommande de lire également

The Witcher 3: Wild HuntThe Witcher 3: Wild Hunt

18 Février 2016 à 09:5307649

Le test de la manette freeboxLe test de la manette freebox

24 Avril 2011 à 14:1116323

OverwatchOverwatch

30 Mai 2016 à 17:3705856

Horizon Zero Dawn Test PS4Horizon Zero Dawn Test PS4

19 Mars 2017 à 21:5605374

Let's Sing 2016 : Hits FrançaisLet's Sing 2016 : Hits Français

10 Novembre 2015 à 16:3905177

God of War III RemasteredGod of War III Remastered

30 Octobre 2015 à 12:2405165

Ajouter votre commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en mode non connecté. Pour vous identifier, veuillez vous connecter ou créer un compte.
Votre adresse e-mail ne sera jamais dévoilée.

A propos de Consollection

Consollection.com est un site créée en 1999 par Benjamin, qui parle aujourd'hui de jeux vidéo, de cinéma et tout ce qui tourne autour de la culture geek.

  • Benjamin Levy

    Benjamin Levy

    7166 aricles.

  • Le blogueur : Développeur open source, Ben-J est un collectionneur et joueur. Sa première machine ? Un Apple...
Fiche technique Just Cause 3 :
Editeur : Square Enix
Type : Action
Machine : Microsoft XBOX One
Support : Blu Ray
Code EAN : 5021290069534
Prix constaté à sa sortie : 69.99
Comparer le prix de Just Cause 3 Xbox One.
GrossièretéViolence
Classification PEGI : Déconseillé aux - de 18 ans

SORTIE
France : 01 Décembre 2015