Test Party Hard 2 : Que la fête commence avec le slasher rétro

Par Publié le 10 Novembre 2018 à 23:49. Dernière modification le 13 Novembre 2018 à 15:07
Le temps estimé pour la lecture de ce test est de 9 min. 2 commentaires
Sommaire :

Test Party Hard 2 : Que la fête commence avec le slasher rétro

Party Hard 2

Test Party Hard 2 : Que la fête commence avec le slasher rétro

Avis aux amateurs d’hémoglobine : si vous avez toujours voulu savoir ce que ça faisait d’être derrière le masque de Michael Myers, si la société contemporaine vous navre par son absurde train-train, et si enfin vous avez une petite fibre nostalgique, alors Party Hard 2 devrait retenir votre attention. Ce jeu, développé par le studio indépendant Pinokl Games et édité par tinyBuild Games (derrière le jeu de course SpeedRunners) est disponible depuis le 25 octobre 2018 sur Steam. Sortez vos manettes, ça va saigner, voici le test de Party Hard 2.

Party Hard 2 apporte sa pierre à l’édifice d’une scène indé intelligente, au gameplay cool, à l’ambiance stylé

  • Consollection

    Party Hard 2

  • Consollection

    Party Hard 2

  • Consollection

    Party Hard 2

L'histoire de Party Hard 2

16/20

Métro, boulot, dodo… La vie de Darius devait se résumer à cette simple formule, aussi pathétique qu’inutile. Seulement voilà, marchant au milieu de vos semblables, animés par la simple volonté d’attendre la prochaine fête, vous sentez le dégoût vous gagner de plus en plus. Qu’attendre de plus de votre misérable vie ? De la leur ? Sans réponse à ces questions, vos instincts de meurtre prennent le dessus. Ce n’est pas au Karcher que vous allez passer vos prochaines soirées, mais avec la lame de votre couteau.

Démarrez la fête

Party Hard 2
Party Hard 2

De prime abord simpliste, le scénario met en avant la vacuité de la vie contemporaine. Entre ceux qui ne veulent pas voir et qui noient leur désillusion dans de l’alcool bon marché (du pain et des jeux en quelques sortes), et ceux qui voient et qui découvrent quelque chose de plus dramatique encore, le portrait de notre société n’est pas tendre, mais pas dénué d’intérêt.
D’ailleurs de nombreux films ont exploré cette thématique. Chute libre (1993) bien sûr avec Michael Douglas, l’histoire de ce père de famille sans histoire qui, lassé par le fracas assourdissant de l’inanité de sa vie, qui décide de s’en prendre violemment à tous ceux qui le dérangent, pour ne pas se rendre compte que le problème ce n’est pas les autres, mais c’est lui-même.
Une critique acerbe également de la société médiatique qui monte en spectacle le drame humain qui se joue, avec l’interview, sous les projecteurs et les applaudissements d’un public, du psychiatre qui a suivi Darius. Les médias se délectent de drames humains, et ceux qui s’en détournent et tentent de faire un vrai travail ne font pas d’audience… Cela renvoie encore à plusieurs excellents films, notamment Nightcrawler (2014) avec Jake Gyllenhaal ou 15 minutes (2001) avec Robert de Niro.
Bien sûr que les thèmes abordés ne sont pas approfondis, et il s’agit avant tout d’un jeu défouloir. Mais, il y a tout de même une maturité intéressante pour ceux qui s’arrêteront un peu sur ce que nous raconte le jeu sur notre société.

Party Hard 2
Party Hard 2

Game System

16/20

Impossible, à la seconde où vous lancerez le jeu, de ne pas penser à Hotline Miami (sauf si bien sûr vous ne le connaissez pas, là du coup, c’est possible). Mais j’ose espérer que tout le monde connaît ce chef d’œuvre de la scène indé qui, avec Super Meat Boy, The Binding of Isaac et Spelunky en tête de gondole ont fait prendre conscience au grand public de la richesse incroyable qu’un jeu vidéo d’auteur peut offrir.
Les thèmes abordés déjà, l’histoire d’un tueur qui se rend dans différents lieux pour faire un massacre. Les graphismes en vue de haut au style rétro pixélisés et fourmillant de détails. Et enfin avec la musique très synthéwave.
Vous me direz, il y a pire comparaison qu’un des meilleurs jeux indé de la décennie. Mais jusqu’où s’arrête la ressemblance ?

Party Hard 2
Party Hard 2

Une fois que le jeu est vraiment lancé, on se rend compte que le gameplay à son identité propre. Oubliez la vivacité presque frénétique d’un Hotline Miami couplé avec une musique à vous flanquer une crise de tachycardie. Ici vous évoluez plutôt lentement dans une map d’une taille raisonnable pour accomplir des objectifs. Le rythme s’apparente plus à un jeu d’infiltration. Les missions vont, de tuer un groupe d’individus ou, détruire tel matériel, à tuer TOUT LE MONDE ! Rien que ça.
Chaque level a une identité propre : hôpital, boite de nuit, chalet, usine à fabriquer du crack…
Dans chaque level, vous aurez à votre disposition l’embarras du choix pour jouer les party pooper (casseur d’ambiance). Le couteau bien sûr, mais également un peu tout ce que vous pourrez ramasser çà et là dans le level. Une bouteille vide et du kérosène, et vous ferez un magnifique molotov pour transformer les fêtards insupportables en feu grégeois sur patte. Oui le craft sera de la partie même si ça n’est pas le ressort principal du titre.

Party Hard 2
Party Hard 2

En plus du coup de canif de base, vous aurez un Instant Kill, c’est-à-dire que vous tuerez tout le monde autour de vous dans un rayon de 2 mètres en mode frénésie. Attention, à attendre que votre barre soit chargée avant de l’utiliser dans des situations de crises. Et un autre détail bien pratique, c’est la Party Vision qui vous permettra de voir un peu à la vision d'aigle d'Assassin’s Creed, les objets à prendre, les corps que vous laisseriez trainer pour aller les planquer, ou encore les objectifs. Bien pratique.
Plus intéressant dans les levels, vous trouverez des raccourcis et toute sorte de pièges possibles. Des sèche-linges ou des enceintes une fois trafiqués pourront faire un beau feu d’artifice. À chaque fois qu’un corps est découvert, les témoins préviendront les autorités. À vous d’être discret, ou de vous débarrasser rapidement des témoins gênants. Sinon, ce sont les policiers qui risqueraient de vous gêner et qui viendront squatter la soirée, ou pire des ambulanciers qui seraient bien capable de soigner les types que vous aurez pris grand soin de suriner comme il faut… les fourbes. Si en plus d’avoir découvert un corps, les témoins vous ont identifié, ça va vite se transformer en jeu de cache-cache avec les policiers.
Tout cela se déroule dans la joie et la bonne humeur, c’est très plaisant de tuer tous ces loosers, en cherchant quelles facéties le décor vous réserve. Le jeu est un peu répétitif, mais comme il se termine assez rapidement cela n’est pas vraiment un problème.
Mais si le jeu se termine assez rapidement, il va falloir y mettre du votre, car il n’est pas simple. Les premières expéditions notamment, se termineront souvent abattus par un policier zélé, ou tabasser par un biker récalcitrant. Le challenge est présent, le fun aussi.
Et pour encore plus de fun, un mode coop très sympa est prévu, car c’est bien connu, plus on est de fous et plus on détruit !

Party Hard 2
Party Hard 2

Graphisme

17/20

Party Hard 2 est résolument inspiré des Slashers, ces films d’horreur qui mettent en scène un tueur au milieu d’un groupe d’individus qui sont là pour se faire trucider de manière toujours plus surprenante, jusque dans son héros Darius qui a un masque très semblable à celui de Jason Voorhees de la série des Vendredi 13.
Les graphismes très pixélisés - et qui placent le jeu dans une ambiance très 80’s - sont magnifiquement mis en valeur par des jeux de lumière. Rien à voir donc avec Until Dawn, au autre slasher game, car nous sommes dans du bon gros pixel. Les cinématiques quant à elles sont des images fixes avec une esthétique très comics noir, mais dans laquelle la caméra va se balader, avancer… Très réussi, au design impeccable, elles démontrent qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une cinématique animée pour être classe, il faut surtout de l’inspiration !
Les lieux sont variés et fourmillent de détails. Et pour ne rien gâcher, le jeu distille un humour potache et/ou cynique en permanence. Soyez attentif aux décors, aux persos… Et vous trouverez toujours une bonne idée à observer. Le petit détail qui tue, il y a toujours dans le décor des affiches que vous pouvez regarder en cliquant dessus et qui sont toujours très fun et décalées !

Party Hard 2
Party Hard 2

Bande son

15/20

Toujours dans cet esprit année 80 modernisé, la bande-son va balancer quelques titre synthéwave qui collent parfaitement à l’ambiance. Mais là où Hotline Miami a mis en place une OST incroyable, explosive, psyché, violente ou glauque et qui est pour moi la meilleure bande son toute époque et tout support confondu (Rien que ça… Mais j’assume), on a droit ici a des titres de Richard Rossa, Internet Sushi et Ressa Schwarzwald en demi-teintes, ni mauvais ni inspiré. Elles collent à l’ambiance, mais ne se démarquent jamais vraiment.
L’ambiance globale sonore, les appels à l’aide, les cris, les sirènes qui hurlent… Tout ça est du reste totalement maîtrisé et sans fausse note pour le coup !

Party Hard 2
Party Hard 2

Conclusion

16/20

Sans révolutionner le jeu, Party Hard 2 apporte sa pierre à l’édifice d’une scène indé intelligente, au gameplay cool, à l’ambiance stylé. Incarner un tueur de citoyen lambda et amateur de dance floor, c’est au final tout à fait jouissif, surtout si vous n’avez pas peur de vous salir les mains, et si la ballade des gens heureux vous donne envie de torturer un chat!

En résumé

Les points forts de Party Hard 2

  • - Une critique sociale intéressante
  • - Des graphismes qui font kiffer les amateurs de pixel art
  • - Un humour glauque et omniprésent
  • - Quand on appuie sur Y on danse. Ça sert à rien mais c’est drôle !

Les points faibles de Party Hard 2

  • - Un poil répétitif
  • - Une IA perfectible
  • - Une OST qui n’atteint pas les sommets de ce qui se fait en synthéwave

Bande annonce de PArty Hard 2

Ajouter votre commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire. Votre adresse e-mail ne sera jamais dévoilée.

1. XLan, le 10 Décembre 2018 à 22:02
salut V3nom.

Je ne savais pas du tout pour le coup de la danse qui permet d'attirer du monde, merci pour le tuyau! :)

pour ta première reflexion, je ne partage ton point de vue. tu peux très bien mettre quelqu'un qui detéste les fetes et lui balancer du Carpenter Brut. C'est plus l'ambiance fete de nuit qu'il deteste, la foule qui grouille et qui se repaît de cette mascarade tous les soirs, c'est pas que la musique. de la meme maniere tu peux mettre qql'un qui doit infiltrer le milieu de la musique metal parce qu'il pense que c'est la musique du diable et mettre en zic du Metallica, du Arch Enemy ou autre...

c'est pas nous qui devons detester la musique, c'est le personnage.


2. V3nom, le 7 Décembre 2018 à 08:14
Étant donné que ce jeu nous fait incarner un personnage qui hait les fêtes et leurs musiques, cela me semble personnellement logique que l'OST ne soit pas folle, puisqu'elle est intradiégétique. Cela me semblerait inapproprié d'écouter une musique super plaisante en jouant un personnage qui la déteste. (on n'est pas dans Ruiner)
Pour la commande "Y", appuyée suffisamment longtemps, elle permet de faire s'attrouper les fêtards autour de soi (pratique avant un piège ou le multislash), et aide pas mal à se fondre dans la masse lorsque les flics nous cherchent (cela m'a sauvé plus d'une fois).



A propos de Consollection

Consollection.com est un site créé en 1999 par Benjamin, qui parle aujourd'hui de jeux vidéo, de cinéma et tout ce qui tourne autour de la culture geek.


Si cet article vous a plu, la rédaction vous recommande de lire également

Mon avis sur ZombotronTest Zombotron : Un run and gun à l'ancienne, mais mou comme un zombie

Découvrez le test de Zombotron : Un run and gun à l'ancienne, développé sur PC par le studio AntKarlov

Mon avis sur Dead or Alive 6Test de Dead or Alive 6 : un opus généreux pour les fans et les néophytes

Découvrez le test de Dead or Alive 6 disponible sur PC, PS4 et Xbox One. Un opus qui ravira les fans et les néophytes

Mon avis sur Blood & TruthTest Blood and Truth : Une expérience en réalité virtuelle complète

Découvrez le test du jeu Blood and Truth. Un rail shooter développé par Sony sur PlayStation VR

Mon avis sur Puyo Puyo ChampionsTest de Puyo Puyo Champions : Un opus orienté multijoueur et eSport

Découvrez le test de Puyo Puyo Champions, une version tournée vers la compétition sportive jouable en local et en ligne

Mon avis sur A Plague Tale : InnocenceTest A Plague Tale Innocence : un jeu prodigieux au coeur d'une épidémie

Découvrez le test du jeu A Plague Tale : Innocence, réalisé par le studio français Asobo Studio

Mon avis sur Xenon RacerTest Xenon Racer : La vision futuriste des championnats boostés au Xenon

Devenez le Xenon Racer ultime ! Découvrez le test du jeu, et participez au championnat réservé aux voitures électriques

Spider-Man Homecoming VRSpider-Man Homecoming VR

Découvrez le test de Spider-Man Homecoming VR, l'expérience SpiderMan en réalité virtuelle sur PlayStation VR

Le test de Fortnite sur Xbox OneLe test de Fortnite sur Xbox One

Découvrez le test de Fortnite sur Xbox One, le jeu développé par Epic Games

Le test de Tekken 7 en mode VR - Le verdictLe test de Tekken 7 en mode VR - Le verdict

Le test de Tekken 7 en VR - Le verdict

The Witcher 3: Wild HuntThe Witcher 3: Wild Hunt

Découvrez le test du jeu The Witcher 3: Wild Hunt sur PlayStation 4

Beholder : L'incroyable jeu sur écouteBeholder : L'incroyable jeu sur écoute

Test du jeu Beholder sur PC

  • XLan

    Par XLan

    75 articles.

Le blogueur : Né de l'amour incestueux d'une Megadrive et d'une Super Nintendo


Fiche technique Party Hard 2 :
  • Editeur : tinyBuild GAMES
  • Type : Action
  • Machine : PC
  • Support : Dématérialisé
  • Prix constaté à sa sortie : 16.79
  • Date de sortie
    en France : 25 Octobre 2018