Test de Prison City. Un jeu vidéo old-school avec une touche moderne

Le test du jeu Prison City, édité par Retroware et développé par programancer, a été réalisé sur PC.

Test de Prison City. Un jeu vidéo old-school avec une touche moderne

Prison City

Test de Prison City. Un jeu vidéo old-school avec une touche moderne

Bienvenue dans l'univers rétro-futuriste de Prison City, où les Shurikens volent plus vite que les cheveux de Hal au vent d'une moto déchaînée, et où Detroit est devenue la méga-prison la plus branchée des années 80 ! Développé par programancer et édité par retroware, Prison City est un jeu d'action-plateforme rétro qui adopte les clichés narratifs, les tropes de conception et l'esthétique visuelle des films et jeux vidéo populaires dans les années 1980. Attachez vos ceintures et préparez-vous à une plongée dans un monde où les pixels sont rois, les ennemis sont aussi variés que les punk à frapper dans les rues, et où le héros, Hal, a un sens du swag aussi impressionnantes que ses compétences à sauver le monde ! Découvrez le test de Prison City disponible depuis le 29 aout sur Nintendo Switch, PC, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One et Xbox Series X/S.

Prison City réussit à être authentiquement old-school tout en apportant une touche moderne dans sa conception
  • Prison City

    Prison City

  • Prison City

    Prison City

  • Prison City

    Prison City

L'histoire de Prison City

Le joueur incarne Hal, un ex-flic rappelé par son ancien chef pour bosser à Detroit, devenue une sorte de mégaprison après que les habitants aient déserté. Votre objectif ? Pister et descendre neuf chefs qui ont transformé les détenus en une bande de technoterroristes. On guide Hal à travers dix niveaux d'action, de plates-formes et de shurikens.

Prison City
Prison City

Prison City se distingue par son esthétique rétro et des valeurs ancrées dans le passé, rappelant une époque révolue. Cette atmosphère se manifeste dès le début dans son scénario dystopique, habile pastiche des films emblématiques des années 1980 de John Carpenter. L'intrigue se dévoile à travers des fenêtres de dialogues qui empruntent leur style à Metal Gear, lui-même influencé par de nombreuses films d'action des années 1980 dont principalement New York 1997, et le tout est agrémenté d'une touche d'humour laissant transparaître une affection et une nostalgie pour ces différentes sources d'inspiration.

Prison City
Prison City
Prison City
Prison City

Game System

17/20

Le système de jeu de Prison City propose un didacticiel nécessaire pour maîtriser les mouvements agiles de Hal, le protagoniste du jeu d'action-plateforme. Ses compétences acrobatiques, comme s'accrocher aux barres et aux clôtures, se révèlent essentielles pour naviguer à travers les obstacles du jeu. Malgré son statut de policier, Hal utilise un shuriken énergétique à courte portée, avec une gestion stratégique de l'indicateur d'énergie.

Prison City
Prison City
Prison City
Prison City

Le premier niveau de l'intrigue se déroule lors de l'infiltration à Detroit, à bord d'un train chargé d'armes destinées aux technoterroristes. À partir du deuxième niveau, le joueur a la liberté de choisir parmi huit niveaux à explorer dans l'ordre de son choix. Chaque niveau offre un aperçu différent de Detroit, des toits de la ville aux égouts spacieux infestés de monstres mutants.

Prison City
Prison City

La conception ouverte des niveaux incite à l'exploration, nécessitant souvent la recherche d'un informateur local pour obtenir la clé permettant d'affronter le leader terroriste de la zone. Cette approche donne lieu à des designs variés, comme une séquence de moto haletante sur une autoroute en ruine ou un affrontement dans un stade rempli d'ennemis sportifs.

Prison City
Prison City

Chaque niveau dissimule des améliorations de vie et d'énergie dans des passages secrets, récompensant les joueurs avides d'exploration. Les boss technoterroristes de Detroit présentent des designs aussi variés que déconcertants, allant d'une tête flottante à un super hélicoptère, et même Mistress Drosera, qui se protège à l'intérieur d'une monstrueuse fleur.

Prison City
Prison City

Bien que la difficulté générale des niveaux soit modérée, les combats contre les boss exigent une pratique assidue en raison de leur rapidité, offrant aux joueurs un défi stimulant dans l'univers de Prison City.

Prison City
Prison City
Prison City
Prison City
Prison City
Prison City

Graphisme

15/20

Cette même époque est rappelée dans les graphismes rétro inspirés des jeux 8 bits de Prison City. La couleur prédominante dans la plupart des niveaux est le noir, rappelant une époque où de nombreux jeux vidéo avaient beaucoup d'espace noir vide, car c'était la couleur la plus simple à rendre avec une puissance de stockage et de calcul limitée. D'autres éléments du décor contrastent l'obscurité avec des couleurs vives, transformant Detroit en un lieu ruiné imbibé de néons et de tirs qui évoquent quintessentiellement les années 1980.

Prison City
Prison City

Les modèles de personnages évoquent également cette époque. Le personnage joueur Hal a le modèle visuel le plus complexe en utilisant quatre couleurs, sans compter le noir. Il porte un pantalon bleu et un gilet marron qui correspond judicieusement à la couleur de ses cheveux. La plupart des autres modèles de personnages utilisent deux nuances similaires d'une couleur, donnant une impression de profondeur et de texture tout en conservant une apparence aussi simple que possible. Même un combat de boss qui remplit l'écran avec un leader de gang armé et sa horde de sbires les représente tous avec seulement deux nuances de marron.

Prison City
Prison City

Collectivement, tous ces éléments visuels aident à vendre Prison City comme un produit authentique d'une époque particulière de l'histoire. C'est le genre de jeu vidéo qui veut être indiscernable sur une étagère aux côtés de jeux NES tels que Bionic Commando, Shadow of the Ninja ou Megaman.

Prison City
Prison City

Bande son

19/20

La musique déchire ! Il n’y a pas d’autres mots ! Sauf si bien sûr, vous êtes totalement hermétique aux sons chip tune de la NES. Mais s’il y a bien un truc qu’il faut reconnaître à ces sonorités, ce n'est qu’à défaut de poser une ambiance comme on peut aujourd’hui le faire avec une nappe d’instruments à cordes, ou avec un sound design naturelle de bruit de la nature ou de la ville… à l’époque on n’avait pas d’autres choix que de créer des musiques qui déchirent, qui se retiennent.
Si vous avez déjà joué à Shovel Knight ou The Messenger, vous comprendrez ce que musiques incroyables typés retro veut dire.

Le reste de la bande son est du même niveau, avec un bruit d’impact, de sonorité de dialogues… qui transpirent l’authenticité des années 80 sans être désagréable.

Prison City
Prison City

Durée de vie

Prévoyez environ 3 heures si vous êtes familier avec ce type de jeu vidéo, mais cela pourrait prendre beaucoup plus de temps si vous découvrez en 2024 les plaisirs des jeux des années 80 à défilement latéral.

ConclusionMon avis concernant Prison City sur PC

18/20

Enveloppé dans une épopée rétro aux pixels immaculés, Prison City nous transporte dans une odyssée où l'action est aussi intense que les couleurs flashy des années 80. Entre des Shurikens, les bosses aussi inattendues que le retour des coupe-vent fluo, et des niveaux qui mettent en avant un level design réussi, cette aventure 8 bits m’ a offert une bouffée d'air nostalgique.
Mais derrière l'humour taciturne de Hal se cache une véritable prouesse de conception, avec des niveaux ouverts, des secrets bien cachés et des défis de boss plus rapides que le lancer de POG’s. Prison City réussit à être authentiquement old-school tout en apportant une touche moderne dans sa conception. Un must have

Bande annonce du jeu Prison City

Les points faibles Acheter Prison City

Prix de base 9.75 €

eneba