Test FAITH: The Unholy Trinity. Le jeu d'horreur inspiré des années 80

Le test du jeu FAITH: The Unholy Trinity, édité par New Blood Interactive et développé par Airdorf Games, a été réalisé sur PC.

Test FAITH: The Unholy Trinity. Le jeu d'horreur inspiré des années 80

Disponible à l'achat sur :

FAITH: The Unholy Trinity

Test FAITH: The Unholy Trinity. Le jeu d'horreur inspiré des années 80

Faith: The Unholy Trinity est un projet entamé en 2017 par le studio Airdorf Games, et soutenu par l'éditeur New Blood Interactive. Désormais, les 3 chapitres qui composent le jeu et l’histoire sont enfin disponible sur PC via Steam. Il aura fallu donc 5 ans pour que l’équipe de développement parviennent enfin à sortir son jeu d’horreur.
Avant de vous y frotter, vous devez savoir que le jeu se déroule dans les années 80, autant dans son histoire que dans son contenu. Inutile de rappeler à quel point il est courant aujourd’hui de faire référence aux années 80, mais là, ce n’est plus une référence, c’est un retour aux sources. Comment est-il possible de faire peur avec des graphismes et un gameplay aussi datés ? Vous le saurez, en découvrant le test de FAITH: The Unholy Trinity.

J’ai été porté par cette aventure qui m’a fait revivre mes frissons d’enfance, mes peurs de jadis, tout en réussissant à me capter par une ambiance qui nous maintient sous tension
  • FAITH: The Unholy Trinity

    FAITH: The Unholy Trinity

  • FAITH: The Unholy Trinity

    FAITH: The Unholy Trinity

  • FAITH: The Unholy Trinity

    FAITH: The Unholy Trinity

L'histoire de FAITH: The Unholy Trinity

Il y a quelque chose d’immuable dans la peur que provoquent les œuvres horrifiques; elles nous ramènent à notre enfance, alors que nous étions vulnérables et où chaque ombre cachait à nos yeux ce que notre imagination aussitôt transformait en monstre.
L’enfant qui sommeille en nous se réveille uniquement pour nous entraîner dans ses cauchemars. C’est sans doute une raison pour laquelle les symboles des frayeurs de notre enfance restent, même adultes, des stigmates qui nous caractérisent. La peur des clowns, des poupées, des jouets, certaines scènes de dessins animés… 
Ce qui nous a glacé le sang dans notre enfance remonte comme un écho une fois adulte lorsque l’on y est à nouveau confronté.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

Amy Martin s’est échappée d’un hôpital psychiatrique. Amy, c’est une jeune femme qui a tué votre mentor lors d’un exorcisme raté. Traumatisé par cet événement, vous n’être plus que l’ombre de vous-même depuis, et vous allez tenter de reprendre le dessus sur votre existence en finissant ce qui aurait dû être fait un an plus tôt.
Ainsi s’ouvre le premier chapitre de Faith, vous mettant dans la peau de John Ward, un prêtre catholique qui va vivre l’enfer pour y renvoyer les démons qui tourmentent des âmes innocentes. À travers ces trois chapitres, vous allez vous enfoncer toujours plus dans l’horreur satanique, dans l’effroi de cultes impies et dans la damnation des âmes tourmentées.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

Très empreint de mysticisme chrétien, vous ne pourrez-vous empêcher de penser à l’Exorciste de Friedkin. L’utilisation du latin est particulièrement intelligente et appuie sur le sérieux et l’aspect mystique du titre. Mais là où le premier volet du film nous cantonnait à la maison de Regan McNeil, en suivant John Ward vous allez vous enfoncer profondément dans un hôpital spécialisé dans l’avortement, dans différents lieux de cultes, dans des cimetières… dans toute sorte de lieux dont la mémoire charrie son lot de tristesse et de drames.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

Game System

Si je vous ai fait un préambule pour décrire les mécanismes qui appellent notre enfance pour terroriser l’adulte devant une œuvre horrifique, c’est parce que le mécanisme – et plus encore tout le jeu – de Faith repose sur des jeux vidéo des premiers âges. Je pense à l'Apple II, la ColecoVision ou encore l'Intellivision.
Le principe de Faith est très simple, vous contrôlez votre avatar en vue isométrique approximative (approximative, car de par les limitations techniques, certains éléments seront visuellement de profil, d’autre plutôt de ¾). Lorsque votre personnage atteint une bordure de l’écran, le décor change, permettant d’avancer dans un vaste environnement à l’époque où le scrolling n’était pas la norme. Armé de votre seul crucifix, vous allez vous en servir pour mettre fin aux sombres desseins des démons qui vous allez croiser durant votre aventure. En gardant appuyé sur l’unique bouton, vous allez le brandir ce qui vous permettra de faire fuir les créatures, mais également de révéler des bribes du scénario à travers des coupures de journaux, des lettres, des journaux... autant d’éléments qui seront autant de blocs de textes à lire – en anglais… - pour comprendre en détail l’univers du jeu.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

S’ils ne sont pas indispensables pour avancer dans le jeu, ils le sont pour comprendre ce qui se passe, car comme je l’ai dit, les développeurs ont créé un jeu avec les contraintes de très vieilles consoles. Leur scénario étant plutôt recherché, il serait dommage de passer outre.
Le jeu est une longue enquête dans laquelle John doit trouver des indices disséminés dans le level pour avancer, ouvrir une porte… avant de traquer une créature. Les combats sont également très simples, il s’agit le plus souvent de phases de réflexe dans lesquels vous allez devoir braquer votre crucifix dans la bonne direction au bon moment. Quelques énigmes pour rehausser le tout… rien de très compliqué.
Les deux reproches que je ferai au jeu, c’est, premièrement, un rythme de déplacement trop lent. Je sais que c’est censé participer à l’ambiance, mais là, c’est trop lent. Et deuxièmement, une histoire riche qui se dévoile beaucoup trop via ses blocs de textes. Un jeu vidéo ça doit s’expérimenter par l’interaction, pas la lecture. On fait un roman, ou on fait un film. Mais on ne peut pas filmer un roman. Là, c’est pareil.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

Avec cette base, je comprends que beaucoup de joueurs soient rebutés et cherchent à découvrir d’autres jeux d’horreur, un peu plus dans l’air du temps, comme le jeu d'horreur Visage. Et pourtant… pourtant Faith a eu sur moi un effet particulier. Le jeu m’a fait replonger dans mon enfance, à l’époque où je jouais avec mon père et mon frère à Dracula sur Intellivision (1983), où je les regardais jouer « au jeu du minotaure » (Advanced Dungeons and Dragons - Treasure of Tarmin - 1983) quand j’espérais autant que redoutait la rencontre avec le terrible Minotaure, ou encore Frenzy (1982) sur colecovision.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

Ce jeu a réveillé de vieux souvenirs en moi, et mieux encore m’a remis dans la peau du petit garçon que j’étais et qui a été si marqué par les sons, les graphismes de cette époque, comme encore par beaucoup d’autres éléments qui, si j’en crois le nombre d’occurrences dans des œuvres d’horreur, n’ont pas marqué que moi, comme la neige sur les vieilles télévisions qu’on retrouve souvent dans Observer (Bloober Team), Alan Wake, Poltergeist…
Ce qui m’a fasciné, presque obsédé, tout au long de ma progression dans le jeu, c’était cette question : Comment aurai-je réagi face à ce jeu, si j’avais été enfant ? Si j’y avais joué avec mon père et mon frère dans mon salon ? Quand je pense au souvenir que m’ont laissé les jeux d’ambiance (plus que d’horreur) que j’ai cité, si j’avais eu Faith à l’époque, aurai-je réussi à trouver le sommeil ?

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

Graphisme

Les graphismes sont fidèles à ce qu’on trouvait à l’époque. Des gros pixels. Mais avec les années d’expérience acquise dans le développement de jeu vidéo (40 ans d’expérience séparent les deux époques tout de même), il y a plus de cohérence dans l’œuvre globale. On sait toujours ce qu’on regarde, le minimalisme ne prend pas le dessus sur le lisible.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

Mais cet aspect grossier, brut, des graphismes, est de temps en temps contrebalancé par des cinématiques, très courtes, mais ô combien impactantes ! Les développeurs ont réussi le tour de force de faire se rejoindre les contraintes techniques d’une époque très lointaine avec une élégance et une puissance d’évocation qui force le respect. Comme dans Eternal Castle, c’est surtout l’animation qui permet de sublimer de rendre incroyablement évocatrices les images des cinématiques de Faith.
Je préfère pour le coup ne pas imaginer comment l’enfant de 4 ans aurait réagi face à ces images.
Aussi soudain que beau, aussi sombre que sobre, ces petites scènes permettent d’ancrer profondément la mythologie de Faith dans notre imaginaire.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

Bande son

Là encore, et au risque de me répéter, il s’agit d’une véritable prouesse d’avoir réussi à conserver les sonorités de l’époque pour renforcer encore plus l’angoisse ressentie pendant le jeu.
Les musiques, la plupart tirées de musique classique de Bach ou de Sati, rendu malsaine par la distorsion du chiptune. Il faut entendre les Gnossienne légèrement déformé, ou le Nearer, My God, to Thee lors de la page d’accueil !
Tous les autres sons participent à cette ambiance oppressante et hors du temps. En particulier les voix, synthétiques et inhumaines, utilisées lors des rares dialogues audibles, mais qui résonnent à chaque fois. Les petites inflexions permettent de distinguer le timbre des interlocuteurs, et là encore, on ne peut pas s’empêcher de penser à Q*bert, ou encore à l’Intellivoice Voice Synthesis Module qui avait exactement le même timbre. La différence étant qu’ici, ces voix synthétiques sont utilisées à dessein et participe à l’ambiance du titre, au même niveau qu’un film d’horreur qui aurait choisi le noir et blanc.

FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity
FAITH: The Unholy Trinity

ConclusionMon avis concernant FAITH: The Unholy Trinity sur PC

16/20

La démarche, très jusqu’au-boutiste, a de quoi décontenancer, et ne parlera sans doute pas à ceux qui n’ont jamais connu cette époque.
Pour ma part, j’ai été porté par cette aventure qui m’a fait revivre mes frissons d’enfance, mes peurs de jadis, tout en réussissant à me capter par une ambiance qui nous maintient sous tension. Les courtes cinématiques ajoutent ce qu’il faut d’élégance et d’artistique pour conclure les phases les plus marquantes du titre.
Tout le monde ne saura pas apprécier Faith comme il se doit, les autres savent à quel point sont rares les jeux qui nous replongent aussi fidèlement et avec autant de respect dans notre enfance de gamer.

En résumé

Les points forts Les points forts de FAITH: The Unholy Trinity

  • - Une volonté assumée de nous renvoyer en 1982
  • - De cinématiques marquantes
  • - Une histoire très bien écrite…

Les points faibles Les points faibles de FAITH: The Unholy Trinity

  • - … mais qui se découvre un peu trop via la lecture et non le jeu
  • - Un parti-pris extrême qui ne plaira pas à tous
  • - Bon sang John, je sais qu’on est dans un jeu d’horreur, mais accélère un peu le pas bon sang !

Bande annonce du jeu FAITH: The Unholy Trinity

Les points faibles Acheter FAITH: The Unholy Trinity

Prix de base 12.49 €

Micromania