Test The Ascent Xbox Serie X. Le shooter RPG à l'ambiance cyberpunk incroyable

Le test du jeu The Ascent, édité par Curve Digital et développé par Neon Giant, a été réalisé sur Xbox Serie X.

Test The Ascent Xbox Serie X. Le shooter RPG à l'ambiance cyberpunk incroyable

Disponible à l'achat sur :

The Ascent

Test The Ascent Xbox Serie X. Le shooter RPG à l'ambiance cyberpunk incroyable

The Ascent est le premier jeu vidéo, développé en 3 ans par Neon Giant, un jeune studio suédois basé à Upsal et composé d'une petite équipe de 12 personnes seulement. Distribué par Curve Digital et disponible depuis le 29 juillet 2021, le jeu est jouable en crossplay sur Steam, Windows 10, Xbox One, Xbox One X et Xbox Series X|S. Voici le test de The Ascent, un action-shooter jouable en solo et coop, se déroulant sur la planète Vélès dans un futur dystopique.

A chaque cycle, des centaines d'aspirants font leur chute sur Vélès...
  • The Ascent

    The Ascent

  • The Ascent

    The Ascent

  • The Ascent

    The Ascent

Lire aussi Test Human: Fall Flat sur Switch par Benjamin Levy

L'histoire de The Ascent

The Ascent est action-shooter RPG se déroulant sur Vélès, un monde cyberpunk surpeuplé par des travailleurs venus des quatre coins de la galaxie, venus chercher fortune. Mais c'est le crime, la misère, la corruption et l'endettement que la plupart d'entre eux récoltent sur cette planète. Et, comme des esclaves, la population est contrainte de travailler à vie dans les niveaux les plus bas des mégalopoles pour rembourser leurs dettes, tandis que les riches vivent à la surface, profitant de l'air pur.

Bienvenue dans l’Arcologie du groupe The Ascent
Le monde de Vélès
Le monde de Vélès

Parmi les mégacorporations, une détient la quasi-totalité des ressources :  elle s'appelle The Ascent. Le joueur est l'un de ses nombreux travailleurs / esclaves. Un jour, lors d'une mission de routine, vous êtes plongé accidentellement au centre d'une conspiration aux événements catastrophiques : le groupe Ascent vient de s'effondrer et est contraint de boucler certaines zones. La survie de votre quartier est menacée. Vous allez prendre les armes et vous lancer dans une aventure, afin de garder votre liberté et découvrir ce qui se passe réellement. 

L'aventure commence par le choix de votre personnage. L'éditeur de customisation propose pas mal d'options en commençant par le genre, puis les traits du visage, la couleur de votre peu, les tatouages sur le visage et le corps ainsi que le style qu'empruntera votre avatar : le choix de la couleur des cheveux, des vêtements et des armes.  L'éditeur permet d'obtenir un personnage à sa guise, mais j'aurai préféré une prévisualisation des éléments avant de cliquer un par un, sur les différents styles proposés, puisque les choix sont uniquement représentés par un numéro.

Si on peut saluer l'incroyable immersion dans cette ambiance cyberpunk à mi-chemin entre Blade Runner, Total Recall et Cobra, l'histoire de The Ascent est assez difficile à suivre à moins d'être totalement bilingue. Uniquement doublé en anglais et relativement bavard, les sous-titres et les explications ne sont pas tous traduits et manquent de visibilité à l'écran, surtout lorsque l'action est effrénée. D'après le communiqué de presse, un patch est déjà prévu mi-aout. C'est dommage, car j'ai l'impression de passer à côté de quelque chose, surtout quand on voit le soin apporté à la moindre quête secondaire du jeu.

Un jeu pas tout à fait traduit en français
Un jeu pas tout à fait traduit en français

Game System

Si vous avez déjà joué à Ruiner de Devolver, vous serez en terrain connu. The Ascent est un twin stick shooter en vue de dessus avec des éléments de RPG pour faire évoluer son personnage. Le jeu est jouable en coopération en local ou en ligne jusqu'à 4 joueurs.  On contrôle son personnage avec le stick gauche, on dirige le tir avec le stick droit et on utilise la gâchette RT pour utiliser son arme. Vous pouvez porter deux armes et switcher selon l'ennemi qui se trouve devant vous. Vous pouvez aussi posséder une spécialité tactique comme des tourelles, des grenades ou des kits de santé. Le joueur peut se mettre à couverture derrière quasiment tous les éléments du jeu et vous pouvez effectuer une roulade d'esquive pour vous extirper d'une situation compliquée, et vous accroupir. Il manque à cette panoplie de mouvement, la possibilité d'effectuer un dash car il est vital de se déplacer, et de courir (vite) pour traverser de long en large les cartes.

The Ascent
The Ascent

L'entrée en matière du jeu débute par un tutoriel qui vous apprend les bases du gameplay. Cette première quête vous amène au cœur des salles des machines de la planète Vélès. Si les premières minutes du jeu laissent envisager un jeu composé de couloirs, la suite débouche sur la rencontre avec Poon dans le District 13 où on découvre l'immensité de la carte tout en verticalité, et les vastes étendues des salles.
Pour s'y retrouver, trois éléments du jeu sont à votre disposition : un radar à courte distance, un petit marqueur vert pour vous orienter et un sentier de navigation comme dans Dead Space.

La carte du District 13 de The Ascent
La carte du District 13 de The Ascent

Mais, libre à vous d'emprunter votre chemin et c'est souvent lors d'un détour que vous ferez les meilleurs loots. Pour éviter les aller-retours, il existe des raccourcis avec le métro « interlink » gratuit et les taxis payants et chers. À vous de voir comment vous allez jouer.

The Ascent
The Ascent

Les fusillades s'enchaînent à tous les coins de rue face à des dizaines d'ennemis, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les combats sont frénétiques. N'espérez pas vous créer de nouveaux amis au sein de la population locale, puisque le seul moyen de vous faire comprendre, c'est de tirer sur tout ce qui veut vous tuer. Le résultat est un jeu de tir très nerveux où il faudra à la fois éliminer ses ennemis qui peuvent vous submerger par leur nombre, tout en restant en mouvent. Et on arrive rapidement à la question de la redondance des missions. Si on peut saluer l'immersion impressionnante de son univers, il faut bien avouer que The Ascent manque de moments mémorables, voir épiques pour modifier le schéma redondant des quêtes.

The Ascent n'est pas qu'un jeu de tir à la Alien Breed, puisque qu'une couche RPG est bien présente avec la possibilité de faire évoluer son personnage à l'image de ce qu'on avait déjà vu dans The Division : trouver l'arme qui fera toujours plus de dégâts, revêtir l'armure qui résistera le plus et augmenter jusqu'au niveau 20 votre équipement via des modules cybernétiques que vous pourrez trouver ou acheter auprès des différents marchands. Un petit mot sur la monnaie locale: n'oubliez pas de vendre toutes les armes et les armures que vous n'utilisez pas pour gagner des Ucred, la monnaie locale du jeu. Mais pour gagner encore plus d'argent, il faudra encaisser vos primes gagnées lorsque vous éliminez les ennemis recherchés. Cet aspect RPG est relativement important, car vous serez confronté à un pic de difficulté, même en jouant en multijoueur. Ne négligez pas votre équipement et les points de compétence gagnés lorsque vous montez de niveau, et qui vous permettent de compléter différents domaines de compétence, qui forgeront votre caractère au combat. Mais attention, tous les personnages n'évolueront pas de la même façon selon si vous rejoignez une partie ou si vous créez la partie.

The Ascent
The Ascent

L'avis de Ptitpim
The Ascent est un jeu magnifique tout comme l'univers Cyberpunk qu'il offre, mais plus j'y joue, plus je m'ennuie. Les quêtes se résument à "rend toi à un endroit où tu mets 5 à 10 minutes pour y aller, tu repasses aux mêmes endroits avec les mêmes ennemis encore et encore et tu les one-shot encore et encore pour arriver à l'endroit de la quête où tu as encore les mêmes ennemis". Si au début, l'effet waouh prend nettement le dessus grâce à son univers, après plusieurs heures de jeu, je peux dire que The Ascent est très répétitif. Les ennemis sont toujours au même endroit et te cherchent des noises quand tu passes devant eux alors qu'ils sont nettement en dessous de toi en matière de niveau. Je n'ai même pas eu l'impression d'avancer dans une histoire et de progresser. De plus, je n'ai pas vu de différence, lorsque j'attribuais des points d'amélioration dans des statistiques de mon personnage. Enfin, j'ai récupéré une arme ultra shittée très tôt dans le jeu, c'est peut-être ça qui m'a gâché l'expérience. Dans le même genre de jeu, je préfère Alienation et Zombie Nation.

Graphisme

The Ascent est tout simplement magnifique à jouer et magnifique à regarder. L'univers cyberpunk fourmille de détails et les détritus qui jonchent le sol des premiers niveaux renforcent le côté lugubre de Vélès. De plus, les jeux de lumière sont totalement maîtrisés, notamment avec les néons des différents quartiers et les enseignes des boutiques. Il m'est arrivé plusieurs fois d'arrêter de jouer pour contempler tous les détails du jeu

The Ascent
The Ascent

Les personnages non-jouables ont des motivations et des préoccupations qui leur sont propres : ils boivent des coups, se baladent dans les commerces, discutent entre eux, attendent le métro, travaillent et réagissent à la moindre explosion.

The Ascent
The Ascent

The Ascent est là où on l'attendait. Les combats sont nerveux et ça pète de partout. Malheureusement, la fluidité est en berne à certains moments et les cinématique ingame sont légèrement en retrait, notamment sur l'aspect des personnages en gros plan qui font un peu poupée de cire.

The Ascent
The Ascent

Bande son

Déjà évoqué dans la partie histoire, The Ascent est doublé exclusivement en anglais. Le doublage semble de bonne figue avec une bonne intention des différents protagonistes, mais un doublage en français n'aurait pas été de refus.
Sinon l'ambiance électro de la bande-son composée par le compositeur polonais Pawel Blaszczak (Dying Light et The Witcher), coïncide parfaitement à l'ambiance cyberpunk du jeu. Enfin, le design sonore est particulièrement bien soigné notamment sur les armes et les explosions, même si on a décelé quelques bugs de synchronisation en jouant en multijoueur.

Durée de vie

Pour terminer The Ascent, il vous faudra une quinzaine d'heures pour arriver au terme de la quête principale. Les sauvegardes automatiques et les différents checkpoints permettent de ne pas trop perdre de temps. Sachez que vous serez amené à rusher quelques quêtes secondaires pour gagner en XP, car le niveau de votre personnage risque d'être trop faible pour atteindre certaines zones du jeu. Compter cinq heures de plus pour faire toutes les quêtes annexes.

The Ascent
The Ascent

ConclusionMon avis concernant The Ascent sur Microsoft Xbox Serie X

16/20

Le jeu se termine par un générique court. Rappelez-vous, le studio est composé de douze personnes. Même si des intervenants externes ont toutefois participé à l'élaboration du jeu, on ne peut que saluer le résultat. Si Neon Giant souhaitait nous immerger dans un univers cyberpung, c'est réussi. Et pour un premier jeu (inspiré de Ruiner), ce studio indépendant nous offre un shooter viscéral accompagné d'une direction artistique à tomber par terre. Il manque au jeu, une bonne intrigue et une variété dans le gameplay pour le ranger définitivement dans le panthéon des jeux vidéo.

En résumé

Les points forts Les points forts de The Ascent

  • - Une ambiance cyberpunk incroyable
  • - Des jeux de lumière maitrisés
  • - Un incroyable défouloir
  • - Crossplay
  • - Des quêtes secondaires qui ont du sens
  • - La coopération en local et en ligne jusqu'à 4 joueurs
  • - Son prix

Les points faibles Les points faibles de The Ascent

  • - Un jeu sorti quelque semaines trop tôt
  • - Pas totalement traduit
  • - Une histoire difficile à suivre
  • - Pas de sprint et pas de dash
  • - Difficile de s'y retrouver dans la map
  • - Une interface qui manque d'ergonomie
  • - Quelques crashs
  • - Vous avez déjà joué à Ruiner ?

Bande annonce du jeu The Ascent

Les points faibles Acheter The Ascent

Prix de base 29.99 €

Micromania