Test de 428: Shibuya Scramble sur PS4

Par Publié le 25 Septembre 2018 à 22:37. Dernière modification le 3 Octobre 2018 à 08:25
Temps estimé pour la lecture de ce test : 7 min. 0 commentaire

Test 428: Shibuya Scramble sur PS4 : le casse-tête japonais

428: Shibuya Scramble

Test 428: Shibuya Scramble sur PS4 : le casse-tête japonais

428: Shibuya Scramble est un jeu vidéo créé par Kōichi Nakamura (directeur des épisodes I a V de Dragon Quest), développé par Chunsoft (créé en 1984) et édité par Sega. Le jeu est sorti dans un premier temps sur Wii en décembre 2008, puis un an plus tard sur PlayStation 3 et PS Vita. Le jeu est un visual novel typiquement japonais qui n'était pas forcement destiné à quitter le pays du Soleil-Levant. Mais voilà, le jeu s'est dans un premier temps fait connaître dans le monde entier avec la note de 40 sur 40 décernée par le célèbre magazine japonais Famitsu, puis par l'adaptation en animé du jeu sous le nom "Canaan" (Masahiro Ando).

10 ans plus tard, le jeu débarque enfin en occident sur PC et PlayStation 4. 428: Shibuya Scramble est un jeu d'aventure qui retrace la journée de cinq personnes qui se mêlent de façon inattendue. Un peu comme les films Un jour sans fin ou Edge of Tomorrow, les joueurs devront revivre inlassablement les mêmes évènements, en suivant les indices qu’ils pourront trouver dans les textes, afin de modifier des choix qui auront des répercussions sur la vie des autres. J'espère ne pas vous avoir perdu en parlant de visual novel en introduction, car l'expérience mérite d'être vécue. Explication, avec le test de 428: Shibuya Scramble sur PS4.

L'effet papillon à courte échelle

  • Consollection

    428: Shibuya Scramble

  • Consollection

    428: Shibuya Scramble

  • Consollection

    428: Shibuya Scramble

L'histoire de 428: Shibuya Scramble

16/20

L’histoire du jeu commence dans le célèbre quartier de Shibuya à Tokyo. Suite à l'enlèvement de Maria Osawa, une demande de rançon est exigée par le ravisseur : 50 millions de Yens. On découvre alors sa sœur Hitomi, qui doit livrer une mallette pleine d'argent au criminel qui se présentera à elle. Le rendez-vous est surveillé par les forces de police, mais l'attente est longue, et de nombreux badauds commencent à aborder la jeune fille, compromettant ainsi l'identité du véritable criminel.

A vous de raconter l'histoire de Shibuya

Nous sommes les 28 avril (28/04 en français et 428 en anglais, d'où le titre du jeu). Le premier acte correspond à la première heure du jeu qui en comporte 10. Il commence à travers le point de vue de deux personnes radicalement différents : Shinya Kano, le jeune détective du département de police de Shibuya, très sûr de lui quant à l'issue de cette affaire et Achi Endo, un jeune homme à l'attitude désinvolte qui aime Shibuya plus que quiconque et qui passe le plus clair de son temps, à nettoyer les rues et à aider les personnes en difficulté. Vous voyez déjà la scène venir et par un concours de circonstances, Achi finit par venir en aide à la jeune fille et tous deux s'échappent dans les rues de Shibuya.
La suite est une succession de scènes qui se déroulent dans des lieux différents mais toujours en parallèle dans la même journée. Elles n'auront pas de liens entre elles, mais finiront par s'entrecroiser et créer des rebondissements. Le jeu offre ainsi aux joueurs, de nombreux scénarios différents, avec plus de 50 fins alternatives. Les autres personnes que vous rencontrerez sont assez hétéroclites.  On a Kenji Osawa, le père de Hitomi et Maria. C'est un expert en virus et il est le directeur de laboratoire d'Okoshi Pharmaceutical. Il y a aussi Minorikawa, un écrivain indépendant qui va tenter de sauver son patron, Tama, une mystérieuse personne dans un énorme costume de mascotte en forme de chat, et la musicienne Aya Kamiki qui joue son propre rôle dans l'histoire, et qui a d'ailleurs participé à la bande-son du jeu.

428: Shibuya Scramble est donc un roman visuel comme Root Letter testé sur PS Vita, avec plusieurs routes (histoires), puisqu'à certains moments, les joueurs influenceront l'histoire lors de certaines scènes appelées "points de décision" marqué par une icône représentant deux flèches sur un fond vert, sur le tableau chronologique dont je détaille le contenu plus bas dans le test. Contrairement à la majorité des visual novels dans lesquels le joueur s'identifie à l'un personnages, dans 428: Shibuya Scramble le joueur est spectateur de scènes qui se déroulent devant lui où tout est décrit sous forme de texte ou de dialogues qui s'affichent grossièrement sur des photos. Des descriptions à lire, qui relatent les faits, mais surtout décrits les points de vue et réflexions personnelles de chaque intervenant. Et c'est parfois amusant, de voir les différentes interprétations des personnages sur une même scène. On est donc très loin des films interactifs comme Phantasmagoria (Sierra - 1995) ou Gabriel Knight: The Beast Within (Sierra - 1995), puisque le joueur ne gère pas un inventaire avec des objets qu'il récupère, mais modifie uniquement la perception des personnages, ce qui altère le cours de l'histoire.

Ça peut paraître bizarre de prime abord, mais l'histoire du jeu prend aux tripes et devient rapidement passionnante et immersive, au beau milieu de ce petit groupe d'inconnus, même si le jeu n'a pas été traduit en français (428: Shibuya Scramble est en VO sous-titré anglais, ce qui risque de décevoir quelques joueurs). D'autant que la mise en scène du jeu, emprunte énormément de codes du cinéma et particulièrement du cinéma hongkongais moderne, avec des zooms et des changements rapides et brutaux, sur des images pourtant statiques. On croise cependant de très courtes vidéos ou des cinémagraphes, qui cassent de temps en temps, le rythme des diapositives.

BAD END

428: Shibuya Scramble
428: Shibuya Scramble

Game System

12/20

Ok. Mais on joue comment à 428: Shibuya Scramble ? Et bien en modifiant les perspectives et en modifiant le sort des personnages. Car, si vous ne faites pas attention aux textes du jeu, vous risquez de tomber rapidement sur les innombrables mauvaises fins du jeu et la mort de l'un de vos personnages, sans connaître le fin mot de l'histoire. Le but est donc d'avancer dans le temps, et de compléter l'ordre chronologique des protagonistes.

428: Shibuya Scramble
428: Shibuya Scramble

Tout le monde a un rôle dans l'histoire

La journée est divisée en 10 segments d'une heure et le joueur contrôle un tableau chronologique qui regroupe de bonnes et de mauvaises fins. Le joueur reste donc informé minute par minute de ce que font les cinq personnages principaux à ce moment-là. Il faut donc penser à la manière dont les actes affectent les autres personnes, et pourquoi chaque choix compte. Car, vous le comprendrez rapidement, quelque chose relie les personnages de manière intrigante.
Alors évidemment, les premiers choix que vous ferez en jouant et qui vous paraîtront évidemment, vous entraîneront vers de mauvaises fins. Sans forcément être dans un concept de die and retry, il faut bien admettre que nos erreurs, permettent de comprendre quels sont les bons choix ou les bons dialogues, afin de modifier correctement le cours de la journée. De ce fait, le joueur revient en arrière dans le temps, et visionne plusieurs fois les mêmes images et lit les mêmes textes, ce qui peut être fastidieux à long terme.

Dans ces textes, le joueur trouve des mots-clés soulignés en bleu appelés "Tips". Ces mots sont rarement utilisés comme de simples notes d'information, puisqu'ils donnent des définitions ou des éclaircissements.
D'autres mots sont soulignés en rouge et permettent de faire des "Jumps" (marqué par une icône rouge), c'est-à-dire qu'ils permettent de switcher vers un autre personnage, surtout lorsqu'un arc est arrêté par un facteur bloquant.

428: Shibuya Scramble
428: Shibuya Scramble

Graphisme

428: Shibuya Scramble est un roman-photo avec quelques effets visuels et parfois de courtes vidéos. Rien de bien transcendant dans l'ensemble, puisque le scénario et le jeu des acteurs font toute la différence dans 428: Shibuya Scramble.

Bande son

Les dialogues ne sont pas doublés et l’utilisation des effets sonores avec quelques pistes audio, permettent aux joueurs de s'immerger un peu plus dans le quartier de Shibuya et de s'approprier davantage l’histoire.

Conclusion

14/20

Plus qu'un jeu, le studio japonais Chunsoft a su créer une expérience à vivre avec 428: Shibuya Scramble, similaire aux livres dont on est le héros, sans l'utilisation de dé, mais avec des indices cachés dans les mots. Le jeu montre qu'avec 5 personnes le destin des protagonistes peut radicalement changer avec la moindre perception différente. Alors imaginez ce qui peut se passer, avec les centaines de personnes que vous croisez tous les jours. Si on peut admettre que la réalisation du jeu commence à dater, l’histoire est quant à elle très bien écrite.

En résumé

  • - Des personnages intéressants à suivre
  • - Les arcs narratifs
  • - L'histoire dans sa globalité
  • - Réalisation d'une autre époque
  • - Des indices qui ne sautent pas aux yeux
  • - Uniquement en anglais

Bande annonce de 428: Shibuya Scramble

Ajouter votre commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en mode non connecté. Pour vous identifier, veuillez vous connecter ou créer un compte.
Votre adresse e-mail ne sera jamais dévoilée.

Lire la suite de l'article
A propos de Consollection

Consollection.com est un site créé en 1999 par Benjamin, qui parle aujourd'hui de jeux vidéo, de cinéma et tout ce qui tourne autour de la culture geek.

Si cet article vous a plu, la rédaction vous recommande de lire également

Mon avis sur Ticket to Ride PlayLinkTest Ticket to Ride PlayLink : partez à la conquête du chemin de fer

Découvrez le test du jeu Ticket to Ride, jouable avec PlayLink sur PlayStation 4 : partez à la conquête du chemin de fer

Mon avis sur Overcooked! 2Test Overcooked 2 PS4 - Cauchemar en cuisine

Découvrez le test du jeu Overcooked 2, une simulation de cuisine en coopération fun et exigeant

Mon avis sur Let's Sing 2019 Hits français et internationauxTest de Let's Sing 2019 Hits français et internationaux sur Switch

Découvrez le test du jeu de karaoké Let's Sing 2019 Hits français et internationaux sur Nintendo Switch

Mon avis sur HellSignTest du jeu HellSign : l'expert en paranormal, c'est vous

Découvrez le test du jeu HellSign, un jeu développé par Ballistic Interactive, entre shooter en vue isométrique et RPG

Mon avis sur Shadow of the Tomb RaiderTest Shadow of the Tomb Raider : la fin d'une trilogie

Découvrez le test du jeu Shadow of the Tomb Raider, le dernier épisode du reboot de la licence par Square Enix

Mon avis sur Darksiders IIITest de Darksiders III : La cavalière Fury contre les 7 pêchés capitaux

Découvrez le test de Darksiders III disponible sur PC, PS4 et Xbox One. Fury, la cavalière contre les 7 pêchés capitaux

Spider-Man Homecoming VRSpider-Man Homecoming VR

Spider-Man Homecoming VR le test de l'expérience SpiderMan sur PlayStation VR

Le test de Fortnite sur Xbox OneLe test de Fortnite sur Xbox One

Découvrez le test de Fortnite sur Xbox One, le jeu développé par Epic Games

The Witcher 3: Wild HuntThe Witcher 3: Wild Hunt

Découvrez le test du jeu The Witcher 3: Wild Hunt sur PlayStation 4

Le test de Tekken 7 en mode VR - Le verdictLe test de Tekken 7 en mode VR - Le verdict

Le test de Tekken 7 en VR - Le verdict

Beholder : L'incroyable jeu sur écouteBeholder : L'incroyable jeu sur écoute

Test du jeu Beholder sur PC

Theseus, le jeu VR qui revisite le mythe de Thésée et le MinotaureTheseus, le jeu VR qui revisite le mythe de Thésée et le Minotaure

Theseus, le jeu VR qui revisite le mythe de Thésée et le Minotaure

  • Benjamin Levy

    Benjamin Levy

    7411 articles.

  • Le blogueur : Développeur open source, Ben-J est un collectionneur et joueur. Sa première machine ? Un Apple...
Fiche technique 428: Shibuya Scramble :
  • Editeur : Koch media
  • Type : Aventure
  • Machine : Sony Playstation 4
  • Support : Blu Ray
  • Code EAN : 4020628758837
  • Prix constaté à sa sortie : 49.99
  • Violence
  • Classification PEGI : Déconseillé aux - de 16 ans
  • Date de sortie
    en France : 21 Septembre 2018