Test The Last Spell. Un jeu original quand dark fantasy rime avec strategie

Le test du jeu The Last Spell, édité par The Arcade Crew et développé par Ishtar Games, a été réalisé sur PC.

Test The Last Spell. Un jeu original quand dark fantasy rime avec strategie

The Last Spell

Test The Last Spell. Un jeu original quand dark fantasy rime avec strategie

Chaque nuit, des hordes dangereuses viennent dans les rues pour semer le chaos. Du feu et de la violence qui ne semble jamais se tarir. Comment faire sortir l’humanité de cette folie ?
Non, il ne s’agit pas des manifestations contre la réforme des retraites, mais bien d’un tactical RPG développé par les Français d’Ishtar Games, anciennement connu sous le nom CCCP (Dead in Bermuda) et édité par The Arcade Crew, Gamera Games et DANGEN Entertainement.
Est-ce qu’on peut faire le parallèle entre le pitch du jeu et la grève massive ? Non, absolument pas…
Peut-on dire que The Last Spell mérite votre attention ? Oui, et découvrez pourquoi dans le test de The Last Spell, réalisé sur PC et également disponible sur Nintendo Switch, PlayStation 5 et PlayStation 4.

The Last Spell est une vibrante réussite pour tous les amateurs de stratégies et de gestion
  • The Last Spell

    The Last Spell

  • The Last Spell

    The Last Spell

  • The Last Spell

    The Last Spell

L'histoire de The Last Spell

16/20

C'est arrivé. Les effets ont été ressentis partout, instantanément. Une annihilation simple et définitive de quasiment tous les êtres vivants dans une explosion violette de magie pure.
Pour faire régner la paix dans un monde emprunt de guerre, de famine et d’épidémie, de puissants mages ont choisi la destruction.

The Last Spell
The Last Spell

Mais chaque royaume détruit réussissait à réunir assez de force pour détruire un royaume voisin, et comme une chaîne de dominos issus des entrailles infernaux d’une magie débridée, le monde n’est plus que l’ombre de lui-même.
Les villes s'effondrent, jonchées de cadavres suintants. L'air a également changé. Il est devenu saturé d'une brume plus ou moins compacte, la seule chose qui reste de la chaîne d'explosions causée par la folie des mages. Il est murmuré du bout des lèvres que ceux qui vivaient dans des zones infestées de brume sont sortis de là transformés en monstruosités sanguinolentes.

The Last Spell
The Last Spell

Du chaos naît la lumière. Elle s’incarne par une série de bastions, fragiles comme des fleurs, qui tentent de survivre dans une terre dévastée et mettent en action un plan pour sauver l’humanité. Un plan simple, et pourtant presque impossible à réaliser. Détruire la magie elle-même, l’oblitérer de l’existence afin de donner à la vie une chance. Ils vont devoir lancer le tout dernier sort, The Last Spell.

The Last Spell
The Last Spell
The Last Spell
The Last Spell

Certains mages qui ont mis en place ce plan impossible doivent se réunir dans certaines villes et détruire les sceaux de magie qui alimente les puissances mystiques. Mais cela ne sera pas sans peine, car la nuit venue, les borborygmes se répandent dans les plaines avoisinantes, les grognements deviennent proches, et sortant du brouillard violacé, des nuées de monstres viennent pour vous empêcher.
Alors maintenant, vous allez devoir les repousser, jusqu'à l'aube. Tenez-vous fort, à tout prix. Et surtout, empêchez-les de détruire les murs, les derniers restes de leur passé glorieux. Et protéger ces mages. Il en va de la survie du monde.

The Last Spell
The Last Spell

Game System

18/20

Ce décor de dark fantaisie teinté de crainte de guerre nucléaire est particulièrement efficace et justifie parfaitement et de manière très cohérente tous les choix de gamedesign, donnant de la vraisemblance à l’ensemble.
The Last Spell est un mélange de plusieurs genres. Un peu de tactical, un peu de rogue like, un peu de tower défense… Et qui dit mélange des genres, dit souvent mauvais dosage, chaque genre en étant réduit à sa plus simple expression faisant de l’ensemble quelque chose de finalement très simpliste.
Ici, il n’en est rien, et les développeurs ont réussi à tirer le meilleur de chacun des genres pour proposer une expérience riche, intéressante et originale.

The Last Spell
The Last Spell
The Last Spell
The Last Spell

The Last Spell se décompose en deux phases. La journée, vous allez devoir gérer votre cité et vos héros. Au milieu de celle-ci se trouve le sceau qu’un mage s’échine à détruire en se concentrant jours et nuits pendant une longue période. Vous allez devoir construire des bâtiments avec de l’or et des matériaux. Le bâtiment de base est comme souvent l’habitation permettant à des ouvriers de vivre là. Plus vous avez d’ouvriers, plus vous allez pouvoir utiliser les compétences des autres bâtiments (le temple vous redonne du mana, la forge vous permet de construire des armes…).
Il va falloir être précautionneux, car les ressources sont rares et construire des défenses, trouver des bons équipements ou les acheter en boutique, recruter des héros qui vont combattre à vos côtés… rien ne devra être mis de côté, l’équilibre de votre stratégie dans la gestion de votre ville déterminera votre succès ou votre échec.

The Last Spell
The Last Spell
The Last Spell
The Last Spell

La gestion de vos héros est également intéressante. Vous commencez avec 3 héros, mais au fur et à mesure, vous pourrez monter jusqu’à 6.
Il n’y a pas de classes, chacun de vos personnages pourra donc évoluer en fonction de vos choix d’équipements et de gains de niveaux.
L’équipement est très varié, vous allez pouvoir affronter les ennemis au corps-à-corps avec toutes sortes d’épée, de hache, de masse d’armes ; à distance avec des arcs, arbalètes, pistolets ; ou encore avec l’aide de la magie en vous servant de grimoire ou autre baguette de sorcier.
Chaque équipement différent vous donnera sur le champ de bataille des attaques différentes.
Vous pouvez équiper chacun de vos persos avec 2 combinaisons d’armes, chaque combinaison comporte 2 slots d’armes, 1 slot par main (certaines armes demandent d’utiliser les deux, d’autres vous permettent d’avoir une arme secondaire ou un bouclier…).
En plus des armes, vous aurez le choix de mettre un casque, une armure, des jambières, des objets (potions ou sorts), et un talisman vous donnant générant un bonus dans une stat.
Je vous laisse faire les calculs pour vous rendre compte du nombre impressionnant de combinaisons possibles.

The Last Spell
The Last Spell

Pendant le combat, vous pourrez passer de l’une à l’autre de vos combinaisons d’armes sans contrainte.
À vous de vous créer des builds équilibrés, qui vous permettront de tenir tête à la horde d’ennemis qui va s’abattre sur votre cité chaque nuit.
Pour réussir à faire des persos équilibrés, à chaque passage de niveau, vous aurez le choix dans des possibilités aléatoires d’augmentations : bonus en points de vies, en dégâts, en bonus de poison, en mouvement etc. etc. Et en plus vous devrez choisir un talent à chaque level gagné qui vous orientera un peu votre manière d’appréhender la bataille.
Exposé rapidement ainsi, cela peut paraître un peu confus, mais l’ergonomie du jeu fait que tout se comprend très facilement, les indications à l’écran vous permettent de vous remémorer chaque bonus, chaque effet… c’est très complet mais très clair, tout ce qu’on demande à un jeu de stratégie en somme !
Une fois que vous aurez géré durant la journée votre cité, mis au travail tous vos ouvriers, choisis avec soin votre équipement et fait monter vos persos, il va falloir aller à la charcut. Et là encore, les choses sont à la fois complexes mais très clairement établies.
Votre ville se fera attaquer par un ou plusieurs côtés. Vous placerez donc vos persos pour attendre l’assaut en conséquence. Une fois placés, les ennemis avancent et attaquent tous en même temps (et heureusement vue la quantité !).
Lorsque que cela sera à vous de jouer, vous allez devoir utiliser tous les points d’actions et de déplacement de vos héros pour avoir une chance de gagner. Chaque équipe, comme je le disais, vous donne accès à une série d’attaques possible. Chaque attaque possède plusieurs éléments : les dégâts, la distance, les effets, le nombre de cibles, le nombre de points d’action nécessaire pour effectuer l’action, le nombre de fois que vous pouvez utiliser une action dans un tour, les points de mana éventuels que vous devrez utiliser pour réaliser l’action.
Par exemple, l’arc court vous permet de : tirer normalement sur une cible, tir puissant (moins longue amplitude) sur une cible, pluie de flèches sur plusieurs cibles, etc.
Vous commencez avec 5 points d’actions, et votre équipement comme votre passage de niveau peut vous faire gagner des points d‘action.

The Last Spell
The Last Spell

En plus de vos points d’action, vous avez des points de déplacement à gérer indépendamment. Ce n’est pas comme certains jeux qui vous demandent de vous déplacer une seule fois et après, vous ne pouvez plus. Là vous gérer tous vos déplacements comme vous le sentez.
La quantité impressionnante d’ennemis vous imposera de bien gérer vos actions, parfois laisser les vilains avancer un peu histoire qu’ils se rassemblent avant d’envoyer au milieu des troupes un puissant sort qui se propagera d’ennemis en ennemis, ou peut-être préférerez-vous tanker avec un héros particulièrement bien loti en score d’esquive et d’armure pour qu’il les empêche d’avancer pendant que vos archers derrière les déciment… de très nombreuses stratégies sont possibles, mais attention, le jeu est très dur, et la mort sera un compagnon de route à ne pas négliger. La mort d’un personnage n’est jamais la fin, monnayant quelques pièces d’or, vous arriverez à recruter la relève à la taverne, mais chaque personnage aura au départ des stats et des caractéristiques aléatoires qu’il faudra prendre en compte pour lui tailler un build sur mesure.

The Last Spell
The Last Spell

Vous aurez compris que le jeu est très riche, ne se laissera pas dompter sans résister, et l’échec fera partie de l’expérience de jeu. Vous avez l’habitude maintenant, comme dans la plupart des jeux, la mort apporte son lot de consolation, et ici, ce sont deux entités éthérées qui vous permettront de progresser définitivement pour qu’à chaque partie vous ayez un peu plus de chance de l’emporter.
Dans l’oraculum, deux divinités mystérieuses vous aideront. L’une en échange d’âme récolté en fonction de votre talent sur les champs de bataille et vous permettra d’augmenter vos personnages (pour faire simple), et l’autre divinité vous aidera autrement, plus vous utiliserez un type de compétence, plus elle vous récompensera en débloquant de nouveaux objets liés à ces compétences
Dure sera votre quête, et bien peu d’élus arriveront au bout de tous les sceaux pour délivrer le monde de la magie destructrice. Mais si la quête est difficile, elle est pour autant particulièrement jouissive. La variété des équipements et donc des actions possibles, l’équilibre entre les différents style de jeu, les boss qui apporteront également leur lot de renouvellement, les nouveautés que vous débloquez progressivement et qui vous permettent de ne jamais vous reposer sur vos acquis et de devoir sans arrêt vous adapter aux nouveautés… tout cela fait que The Last Spell est un jeu prenant, riche autant qu’exigeant.

The Last Spell
The Last Spell

Graphisme

17/20

Un pixel art particulièrement bien maîtrisé, qui permet d’avoir un jeu lisible malgré la très grande profusion d’éléments à l’écran.

The Last Spell
The Last Spell

L’ambiance dark fantaisie est mise à l’honneur avec autant une variété et un design sinistre des créatures qui vous attaque que par la violence et le sentiment de puissance de vos attaques. Une véritable réussite à tout point de vue.

The Last Spell
The Last Spell

Bande son

A mi-chemin entre le metal et le chiptune.  L’ambiance violente teintée de gravité, avec ses petits accents de légereté et de retro par moment… la musique composée par The Algorithm est une véritable claque. Pour les collectionneurs, le vinyl est disponible chez Kid Katana Records.

Forcément à travailler une piste audio aussi riche et l’entendre tourner en boucle pendant les temps de réflexion dans le magasin à savoir si on va plutôt prendre cette arbalète secondaire ou plutôt cette hache de bataille niveau IV, car elle donne de chouettes bonus… Au bout d’un moment dans les phases de gestion, je coupe la zic. 
Mais pendant les batailles, elle donne un sentiment de puissance, le bruit des impacts de vos puissantes attaques est également bien présent. 
C’est cohérent, c’est de la qualité, c’est franchement cool !

The Last Spell
The Last Spell

ConclusionMon avis concernant The Last Spell sur PC

18/20

Comment bouder son plaisir avec un jeu aussi complet et intéressant. Vous allez passer des heures à découper des wagons entiers de créatures impies et à prier pour que la prochaine vague ne vienne pas à bout de vos forces.
Toujours tendu, rarement injuste malgré le côté aléatoire du rogue like, systématiquement intéressant et riche, The Last Spell est une vibrante réussite pour tous les amateurs de stratégies et de gestion.

En résumé

Les points forts Les points forts de The Last Spell

  • - Une variété impressionnante d’objets et de builds possibles
  • - Un design qui ne néglige ni le beau, ni le lisible
  • - Plusieurs types de gameplay qui s’équilibre les uns les autres

Les points faibles Les points faibles de The Last Spell

  • - Tellement de choses à gérer qu’il nécessitera du temps d’investissement de votre part à chaque partie.
  • - Très difficile, même si cela fait partie d’un choix assumé et bien géré, ne conviendra pas aux néophytes.

Bande annonce de lancement du jeu The Last Spell

Les points faibles Acheter The Last Spell

Prix de base 24.99 €

Chaise gaming