Test Ape Out par Devolver : Entre survie primitif et jazz frénétique

Par Publié le 14 Mars 2019 à 22:17. Dernière modification le 15 Mars 2019 à 09:38
Temps estimé pour la lecture de ce test : 9 min. 0 commentaire

Test Ape Out par Devolver : Entre survie primitif et jazz frénétique

Ape Out

Test Ape Out par Devolver : Entre survie primitif et jazz frénétique

Il y a des créateurs qui font des choix artistiques audacieux. Je pense à Pink Floyd et ses bruitages psychédéliques sur des morceaux de 15 minutes, à The Doors et ses paroles chamaniques et sibyllines, ou à ACDC avec son album Back in Black et sa pochette complètement noire, jugée anti commerciale à l’époque.
Tout ça pour dire que de temps en temps, prendre des risques, être critiqué à son époque, ça en vaut les efforts. Avec Ape Out, je pense que beaucoup de joueurs vont s’arrêter sur les captures d'écran et se détourner instantanément du titre. Grand mal leur fasse. Et pour ceux qui restent, si je vous dis que le jeu est développé par Gabe Cuzzillo et édité par Devolver Digital, la boîte déjà derrière de très nombreux titres très audacieux et visuellement marquants comme Hotline Miami, Enter the Gungeon, Broforce, Titan Soul, Sword of Ditto, Minit… Alors, que pouvons-nous dire sur ce nouveau jeu ? Est-ce qu'il mérite d’être lui aussi, cité au milieu de tous ces incroyables jeux ? Réponse ci-dessous, avec le test d'Ape Out, disponible sur PC et sur Nintendo Switch depuis le 28 février 2018.

Ape Out laissera une trace dans la mémoire de tous ceux qui auront l’audace d’y jouer

  • Consollection

    Ape Out

  • Consollection

    Ape Out

  • Consollection

    Ape Out

L'histoire de Ape Out

Victime du besoin narcissique de l’Homme à tout posséder, vous vous retrouvez pris au piège dans une cage, comme un vulgaire singe. D’une certaine manière, c’est normal, vous avez plutôt un physique à jouer dans Gorille dans la Brume ou La planète des singes.
Et de votre cage, vous vous apprêtez à faire l’irréparable… Sitôt le premier coup de patte donné, la cage forcée, que vous allez vous enfoncer dans une course frénétique, violente, d’une rare intensité, pour retrouver votre liberté.

Ape Out
Ape Out

Game System

16/20

Ape Out est d’une extraordinaire simplicité. Reprenant le principe du twinstick shooter, c’est-à-dire, que le joueur contrôle son personnage avec un pad et on vise avec l’autre, Ape Out transpose ce principe au corps-à-corps, car bien sûr, vous êtes désarmés face à une horde de ravisseurs.

Vous évoluez dans des niveaux générés aléatoirement, très labyrinthique, dans lequel vous allez devoir trouver la sortie. Le jeu se décompose en 4 niveaux qui se finissent très rapidement.
Vous avez juste deux boutons : un pour frapper, et vous enverrez s’écraser vos adversaires avec une grande satisfaction contre un mur ; un pour saisir, comme le gorille Harambe (RIP bro) le fit, vous allez attraper avec une déconcertante facilité un humain, le transformant en bouclier.

Ape Out
Ape Out

Les ennemis ont tous des armes à feu, fusils, shotgun, pistolet, mitraillette, sniper, et même lance-flammes ! Au milieu de cette armada, vos seules armes, sont la force brute et la vitesse. Attaquez-les avant qu’ils n’aient le temps de réagir. Le petit plus qui fait plaisir, c’est que si vous attrapez un adversaire, il va par réflexe tirer une cartouche de son arme devant lui. Cela vous permet de surprendre les autres en face avec une belle décharge de chevrotine. Et quand vous en avez marre de votre joujou, n’hésitez pas à le balancer à nouveau contre un mur.

Ape Out
Ape Out

Comme je l’ai dit, le jeu est court, de fait, le gameplay très simple n’a pas le temps de devenir lassant, et les ennemis, quoique tous du même moule – c’est-à-dire des humains plus ou moins solides et attaquants à distance – évoluent à chaque niveau, concrètement vous découvrirez une nouvelle arme régulièrement entravant votre avancée.
Présenter ainsi le jeu paraît si simpliste qu’il en devient ridicule. Mais non, car les développeurs ont fait les choses dans l’ordre, on fait les choses correctement. Déjà, si le principe est simple, la difficulté, elle, est bien corsée. Ensuite, à chaque mort, vous verrez une carte apparaître avec votre parcours. Vous rendant compte que vous étiez à 10 mètres de l’arrivée, stimulant ainsi votre envie de relancer une partie dans la foulée. Ensuite toute l’ingéniosité du titre, ses ressorts, ses particularités, tiennent dans l’utilisation brillante de ses graphismes.

Graphisme

19/20

En effet, ce qui saute aux yeux instantanément c’est le choix artistique. Dire qu’il est tranché est un euphémisme, il est découpé à la hache. Sans aucune concession, le visuel d’Ape Out est un art minimaliste très inspiré des années 60-70, qui n’est pas sans rappelé les très grands noms de ces courants, Saul Bass en tête (si ce nom ne vous dit rien, je suis certain que les affiches des films qu’il a conçues vous seront familières).

Ape Out
Ape Out

Utilisant un style de formes découpées, le génie de ce jeu consiste à étirer à l’infini les perspectives vers le haut, et ainsi de manière esthétique et grisante, les murs, les piliers, les portes, les vitres… deviennent autant d’obstacle à votre champ de vision. Le labyrinthe du jeu, très simple s’il était vue de dessus normalement comme dans un Hotline Miami ou un Hong Kong Massacre, devient très déconcertant. Et en plus, comme les parois nous cachent la vue, on ne sait jamais si un ennemi n’est pas dissimulé derrière.

Ape Out
Ape Out

Mais ce n’est pas tout ! L’utilisation géniale des graphismes ne s’arrête pas là. Un autre exemple, dans certains niveaux, vous serez plongé dans l’obscurité. Comment l’ont-ils rendu in game ? En faisant disparaître les ennemis, les rendant visible uniquement par le faisceau lumineux de leur lampe torche. Quand il y a un ennemi, ça va, on arrive facilement à le localiser. Mais quand ils sont plusieurs, les faisceaux s’emmêlent, se croisent, rendant la scène parfaitement confuse, rendant ainsi palpable la difficulté majorée due à l’absence de lumière.
Et bien sûr le tout avec un jeu de couleurs fascinant.
Plein d’autres idées sont à apprécier, par exemple il n’y a aucun HUB visible à l’écran. Votre gorille n’a que 3 points de vie. Comment le matérialiser sans encombrer l’écran ? Prenez vous une balle et votre gorille saignera un peu, deux balles et c’est une grande traînée qu’il laissera derrière lui.
Comment ne pas rendre les graphismes enfantins et rébarbatifs alors que ce n'est que des formes de couleurs vives découpées ? En ajoutant un effet de vieux film sur les textures, leur donnant du corps, du mouvement, là où il n’y en a pas.

En poussant encore plus loin, on peut aussi voir cette perspective écrasante, lointaine, presque surréaliste, comme une métaphore de l’échappé de ce primate qui affronte, sans chance de survie, l’espèce humaine surarmée et en surnombre ! Écrasé par le surnombre et la difficulté, il devient si petit, si perdu.
De la même manière, je pourrai dire que le choix des couleurs, des perspectives… permettent de faire ressentir la manière dont votre avatar simiesque voit le monde, avec ses yeux à lui.
Mais je me demande si je ne surinterprète pas un peu. Mais n’est-ce pas là le propre de toute critique artistique ? De voir de la conscience là où il n’y a que du hasard ?

Ape Out
Ape Out

Les screenshots ne rendent absolument pas hommage au jeu qu’il faut voir animé pour comprendre toute la richesse de son visuel. Avoir du mal à décrire un jeu vidéo c’est pour moi une preuve de la grande originalité, une utilisation qui a pris en compte les particularités du jeu.
Je suis bien conscient que cela ne plaira pas à tout le monde, mais personnellement, c’est le jeu qui m’a visuellement le plus marqué de ses dernières années.

Bande son

19/20

Et pour conclure cet hommage aux années 60-70, Ape Out nous offre une bande-son absolument fantastique, composé uniquement d’instruments de percussion (est-ce que là aussi je dois sur analyser les percussions avec les battements effrénés du cœur du singe exalté par la peur ? Ou la violence des hommes qui tentent d’abattre celui qui cherche à rentrer chez lui ?).
Et chacune de vos attaques provoquera le craquement d’un tambour, le tintement abrupt d’une cymbale.
De la pure jungle jazz, un régal et un bijou d’ingéniosité.
L’hommage est poussé jusqu’au choix des levels qui se fait sur des vinyles aux pochettes très jazzy, inspirés et tout à fait crédible.

Ape Out
Ape Out

Conclusion

18/20

Certains reprocheront à Ape Out sa durée de vie limitée, d’autres n’accrocheront pas à sa charte graphique. Personnellement, je vois ce jeu comme une expérience vidéo ludique d’une rare intensité, mêlant l’artistique et le ludique. Ape Out laissera une trace dans la mémoire de tous ceux qui auront l’audace d’y jouer.

En résumé

  • - Un choix artistique engagé, aussi bien visuellement que musicalement.
  • - Des graphismes utilisés comme moteur du gameplay
  • - Un hommage réussi aux années 60
  • - Durée de vie courte
  • - L’art divise. Ce jeu en fera partie.

Bande annonce d'Ape Out

Ajouter votre commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en mode non connecté. Pour vous identifier, veuillez vous connecter ou créer un compte.
Votre adresse e-mail ne sera jamais dévoilée.

Lire la suite de l'article
A propos de Consollection

Consollection.com est un site créé en 1999 par Benjamin, qui parle aujourd'hui de jeux vidéo, de cinéma et tout ce qui tourne autour de la culture geek.

Si cet article vous a plu, la rédaction vous recommande de lire également

Mon avis sur AnthemTest Anthem : Le nouveau jeu de tir multijoueur de BioWare

Découvrez notre avis sur le jeu Anthem. Le nouveau jeu de tir multijoueur de BioWare et EA

Mon avis sur Metro ExodusTest Metro Exodus PC, PS4 et XboxOne : une ambiance à couper le souffle

Découvrez le test du jeu Metro Exodus, la suite de Metro : Last Light et Metro Exodus.

Mon avis sur PodeTest Pode PS4 : le magnifique puzzle platformer en coopération

Découvrez le test du jeu Pode sur PlayStation 4. Un magnifique jeu de plateforme en coopération

Mon avis sur Steins;Gate EliteTest Steins Gate Elite sur Switch, PS4 et PC : le meilleur visual novel

Découvrez le test de Steins;Gate Elite disponible sur Nintendo Switch, PlayStation 4 et PC : Le meilleur visual novel

Mon avis sur Kingdom Hearts 3Test Kingdom Hearts 3 : une aventure Square Enix / Disney époustouflante

Découvrez le test de Kingdom Hearts III. Une aventure époustouflante avec les héros des univers de Square Enix et de Disney

Mon avis sur Achtung! Cthulhu TacticsTest Achtung! Cthulhu Tactics : découvrez l'adaptation du jeu de rôle

Découvrez le test du jeu Achtung! Cthulhu Tactics, adapté du jeu de rôle sur table éponyme

Spider-Man Homecoming VRSpider-Man Homecoming VR

Spider-Man Homecoming VR le test de l'expérience SpiderMan sur PlayStation VR

Le test de Fortnite sur Xbox OneLe test de Fortnite sur Xbox One

Découvrez le test de Fortnite sur Xbox One, le jeu développé par Epic Games

Le test de Tekken 7 en mode VR - Le verdictLe test de Tekken 7 en mode VR - Le verdict

Le test de Tekken 7 en VR - Le verdict

The Witcher 3: Wild HuntThe Witcher 3: Wild Hunt

Découvrez le test du jeu The Witcher 3: Wild Hunt sur PlayStation 4

Beholder : L'incroyable jeu sur écouteBeholder : L'incroyable jeu sur écoute

Test du jeu Beholder sur PC

Theseus, le jeu VR qui revisite le mythe de Thésée et le MinotaureTheseus, le jeu VR qui revisite le mythe de Thésée et le Minotaure

Theseus, le jeu VR qui revisite le mythe de Thésée et le Minotaure

  • XLan

    XLan

    67 articles.

  • Le blogueur : Né de l'amour incestueux d'une Megadrive et d'une Super Nintendo
Fiche technique Ape Out :
  • Editeur : Devolver Digital
  • Type : Action
  • Machine : PC
  • Support : Dématérialisé
  • Prix constaté à sa sortie : 14.99
  • Classification PEGI : Déconseillé aux - de 16 ans
  • Date de sortie
    en France : 28 Février 2019