L.A. Noire

L.A. Noire

Critique

L.A. Noire est sortie en mai dernier. Encensé par l'ensemble de la presse spécialisée et accompagné par une grosse campagne marketing, Consollection vous propose son test... un peu moins flatteur.

  • L.A. Noire

  • L.A. Noire

  • Haut les mains peau de la lapin

Histoire

6/10
L.A. Noire

L.A. Noire se déroule en 1947 au cœur de la ville de Los Angeles. Nous incarnons Cole Phelps, qui revient de la guerre du Pacifique, et qui a été décoré de la Silver Star pour sa bravoure. Ecœuré par les meurtres, la corruption, et le trafic de drogue à L.A., Cole Phelps s'engage dans la police, au bas de l'échelle si je puis dire, pour faire un peu de ménage.

Le scénario bourré de clichés (clins d'œil du genre, certains diront) est réparti sur 20 enquêtes et les quêtes annexes se résument à : j'arrive, je ne cherche pas à comprendre, je tue le malfrat.

Game System

6/10
L.A. Noire

Dès les premières secondes du jeu, on pense très vite à GTA. Cole Phelps est en voiture, le passager nous raconte sa vie et nous devons rejoindre un point dans l'immense carte de Los Angeles... là on se dit que le jeu va être grandiose.
Malheureusement, la liberté n'est qu'une illusion. L'exploration de la ville n'a aucun sens et la carte est mal exploitée. Il est impossible d'interagir avec la ville : on entre dans les bâtiments uniquement en rapport avec l'enquête (à peine 3/4 par enquête), on ne discute pas avec les passants, on n'achète rien,  il ne se passera rien si on renverse une personne... Même pendant les phases de course poursuite, le personnage saute ou monte les escaliers tout seul. La seul chose qui est autorisé et de rouler en voiture ou de marcher. Merci le monde ouvert.

Second point, L.A. Noire est un point'n'click revisité... le fun en moins. Il suffit de s'approcher des objets du décor et d'attendre que la manette nous indique une intéraction possible.
On s'ennuie terriblement. Le jeu est mou, trop répétitif, beaucoup trop linéaire et très assisté. Impossible de rater une enquête. En résumé c'est un film interactif ou tout le scénario est déjà écrit. Impossible d'avancer un choix. Si on rate une scène ou un interrogatoire, le joueur est automatiquement invité à la refaire. Les pièces à conviction sont déterminées par Cole Phelps et non par le joueur. Il n'y a pas d'inventaire où l'on peut y ajouter tous les objets qu'on trouve mais uniquement ceux que Cole Phelps a choisi. Par exemple, il va trouver des allumettes d'un bar, un ticket de pressing qui serviront à l'enquête mais va laisser automatiquement des objets sur place ou passer carrément son chemin sur d'autres.

Le dernier point est l'incohérence des scènes : en arrivant à pied par le jardin derrière une maison, la scène cinématique qui suit nous montre Cole Phelps sortir de sa voiture devant la maison. Il est possible d'appeler le central... depuis un téléphone du central (techniquement c'est faisable me direz-vous, mais cela n'a aucun sens). Enfin lors des interrogatoires, il suffit de prendre les questions dans le désordre pour voir Cole Phelps hurler sur le suspect et sur la seconde, lui parler calmement avec un large sourire.

Graphisme

8/10
L.A. Noire

La quasi-totalité des efforts ont été fait sur le casting des personnages. De vrais acteurs ont prêtéleur voix et leur visage à la motion capture. Du personnage principal aux personnages secondaires, le résultat est impressionnant surtout pendant les interrogatoires (le personnage Hugo Moller, interprété par Greg Grunberg est saisissant de réalisme).

Les intérieurs des appartements et des boutiques sont travaillés. Les scènes de pluie ou de nuit sont agréables. Le reste est anecdotique et souffre de pas mal de défaut (aliasing, clipping, etc).

Bande son

6/10

Le gros point négatif est la langue. Le jeu est en version original sous titré français. Il est très vite difficile de suivre une conversation et de conduire. Du coup, rapidement dans le jeu, on choisit de laisser conduire son coéquipier et de rejoindre directement la destination.

Les musiques agréables un (cours) instants sont très vite ennuyantes. La question de savoir si on aime ou pas le jazz, ne se pose pas. On parle bien ici des musiques qui accompagnent le joueur tout au long du jeu : la recherche des indices, les phases en véhicule, le tableau de fin d'enquête, etc.

Durée de vie

6/10

L.A. Noire est assez long, mais malheureusement très ennuyeux. On a qu'une envie : boucler l'affaire et passer à la suivante; qu'importe si la bonne personne ou pas est mise sous les verrous.

Ne compter d'ailleurs pas y rejouer, l'intérêt est nul. D'autant que le personnage n'est pas du tout attachant et manque de charisme. Cole Phelps est  froid, sans humour et prétentieux.

Conclusion

Pourquoi nous n'avons pas aimé ? Peut-être parce que nous avons payé notre jeu 69 € lors de sa sortie et sans doute parce que nous n'avons pas été séduit par les communiqués de presse de Rockstar.

L.A. Noire n'est pas un mauvais jeu, L.A. Noire n'est pas une bouse vidéo ludique, mais L.A. Noire n'est sûrement pas le jeu qu'on attendait.

L.A. Noire est en fin de compte un film interactif... sans saveur.

les plus et les moins

  • La motion capture bien évidemment,
  • Los Angeles dans les années 40.
  • Pas de monde online,
  • Scenario clichés,
  • VO ST FR

Ajouter votre commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en mode non connecté. Pour vous indentifier, veuillez vous connecter ou créer un compte.
Votre adresse e-mail ne sera jamais dévoilée.

Informations complémentaires

Publié le 8 Août 2011 à 12:24 par Ben-J

Développeur : Team Bondi
Editeur : Rockstar
Type : Aventure
Machine : Sony Playstation 3
Support : Blu Ray
EAN : 5026555400381
Prix à sa sortie : 64,99 €
Comparer le prix de L.A. Noire - PlayStation 3.
GrossièretéViolenceClassification PEGI : Déconseillé aux - de 18 ans

SORTIE
France : 20 Mai 2011
USA : 17 Mai 2011

Acheter

    Micromania